Confins #4 - Tri






Malgré la douceur des oiseaux qui bruissent
La lumière du matin qui tendrement me caresse - il n'y a plus qu'elle qui peut le faire -
Quelque bruine mentale vient délaver le réveil
Dans un tumulte brumeux
Un nuage en forme de point d'interrogation :
Et si nous n'étions confinés... que dans nos souvenirs ?
Si le confinement sourd et anxyogène qui nous rend fébrile n'était l'oeuvre que de nos propres ruminations, ressassements, remuglements, mémoiraillements et autres atermoiements stériles ?
Comme si l'hiver recommençait chaque jour.
Allez, c'est le jour du tri, bon dimanche !

RM 23/03/20

Commentaires