Confins #1 - Barque







Combien de jours ai-je rêvé au creux de la course
D'accéder à l'apesanteur cotonneuse de l'arrêt du temps ?
L'arrêt pur du rythme quotidien, des injonctions, des apostrophes, des responsabilités du monde qui me pointe du doigt ?
A présent que le temps se retient de passer, il faut trouver encore quelque chose qui s'écoule à sa place.
Et dans quel sens l'écoulement de cette chose ira.
Cela met à jour la nécessité d'une destination pour le lever de chaque matin.
Car la barque est toujours sur la grève, au pied du lit, elle attend le prochain voyage, la prochaine tempête à braver, les songes nouveaux qui la berceront.
Longue et belle traversée à chacune de vos barques ce jeudi.

RM 19/03/20

Commentaires