Couvrez ce foin que je ne saurais voir


Des Pyramides en Combrailles

Ernest Motaillas, que nous allons finir peu à peu par bien connaître sur ce blog et dans mes "Nénuphars" en général, a sillonné les Combrailles auvergnates comme a pu l'avoir fait Pum pour les Etats-Unis. Il avait déjà il y a bien longtemps noté la présence, aux confins de Montel-De-Gelat, de pyramides de foin constituées subrepticement, au beau milieu de la nuit, à l'instar des crop circles qui hantent encore les cultures écossaises et britanniques.  Ces mystérieux édifices, assez imposants, manifestent parfois leur présence aujourd'hui. Ce matin, dans le pré d'en face, le phénomène s'est produit.

Hasard scientifique ou réalité inexplicable ? Intox ou coïncidence ? Je crois pour ma part comme Ernest qu'il s'agit bel et bien d'un fait ethnologique; une preuve indéniable de l'existence sur nos terres des auvergnindiens bâtisseurs, qui semblent-ils viendraient d'une province d'Afrique du Nord où, il y a fort longtemps, ils élevèrent des bâtis de pierre aux dimensions prodigieuses et aux mesures irréprochables en plein désert.


D'aucuns y verraient sans hésiter une fonction ritualisante, mystique, votive ou quoique ce soit un mâchin à but religieux: c'est l'histoire même de l’Égyptologie dans toute son essence. Tout ce qui paraît abstrait ou trop technique devient alors un objet de culte fabriqué dans l'unique besoin de satisfaire les dieux en présence... Ici bien sûr, les grands universitaires -je les entends déjà- se lèveront tous, et d'une même voix, afficheront en toute certitude : c'est un trône pour élever un individu par rapport aux autres, un "élu" à la gouvernance qui serait relié aux Dieux par sa hauteur. Une sorte de fournisseur d'accès 4G alors que tous les autres rament encore avec leurs minitels....


Pour ma part... je ne peux m'empêcher de penser, à la lumière des travaux de Jacques Grimault et de son film La Révélation des Pyramides, qu'il faille plutôt se pencher, et je crois le mot juste, sur le phénomène solaire qui se produit : avez-vous remarqué que l'ombre de l'édifice projetée mesure le double tiers d'un quart d'heure toutes les sept minutes, et ce sans compter que la hauteur du monticule est égale au dixième de la surface de projection de l'ombre si on lui ajoute le nombre d'or ?

C'est indiscutable. Les Auvergnidiens sont d'immenses astrologues et de fins oracles. Je vous laisse lire entre les lignes et découvrir le secret de ces édifices -vous y trouverez sûrement la Sainte-Aiguille qui se cache quelque part à l'intérieur, et qui indique les heures, les secondes et les siècles mieux encore que l'horloge parlante, mais chuuuut-.

Pour tous ceux qui veulent rester persuadés qu'il s'agit d'un éventuel fauteuil dominatoire, je vous laisse avec Montaigne :

"Au plus élevé trône du monde, on est jamais assis que sur son cul."

Dans le cas du temple futuroscopique construit juste à côté, ça risque de faire mal à la longue...
 

Commentaires