Au creux de l'image

Une virée parmi d'autres en zones frontalières Creuse et Puy de dôme, dans ce doux et gras pays de la Combraille, tout prêt à être sillonné par nos regards et tout à fait disposé à l'épanouissement des arts "aratoires" que je pratique... A vrai dire, laisser entendre que je m'y promène régulièrement par pur besoin de me dégourdir les guiboles serait un joli mensonge. De bons et beaux projets se profilent pour cette petite bande-passante de territoire chéri. Je ne peux guère en dire plus ici pour l'heure, mais voici quelques éléments de pérégrinations fantasmatiques, qui je l'espère, alimenteront une catégorie d'articles sur ce blog -que j'espère nourrir plus fréquemment- intitulée "Sentiers de Traverses".



Tout commence au creux de l'image. Au creux de l'image se forment les idées, c'est chose certaine. Au creux de l'image surannée d'un peuple migrateur se forme le destin d'un pays tout entier. Ces maçons traversant les bouchures, les vallées et les provinces pour bâtir les grandes villes de France ont semble-t-il amolli la terre qu'ils ont foulée. Dans leurs pas lourds et décidés se sont creusé des traces d'un monde mythologique, seul bagage, indispensable, du migrant solitaire. 
Entre Saint-Agnant Près Crocq et Magnat l'Etrange se love un petit amas de baraques en cul-de-sac. Nous y sommes. Un départ.

Il faut ensuite s'extirper, l'âge venu, du cocon natal et pour cela le choix du moyen de transport est crucial. Il est dans ce pays une confiance déroutante en la longévité de l'automobile, comme en témoigne le parking du Creux de l'Image, qui ne désemplit jamais. A moins que le sens du paysage et l'indéfectible goût du travail bien fait des esthètes Creusois, soient à l'origine de cette installation dont la qualité artistique d'avant-garde ne se discute pas... on assiste aux premiers pas d'un land-art à base de recyclage d'objets très encombrants. Bref, qu'elle qu'en soit l'explication, la présence du véhicule en bord de chemin nous confirme que la monture qui permet, depuis les temps immémoriaux, au peuple migrateur d'accomplir sa traversée ne sort pas de chez le concessionnaire. 


Il faut, pour tenter de s'approcher d'une réponse possible à cette grande question du véhicule, déplier la carte et observer les bords de route. Ce sont là les marges qui relient les pages du grand livre paysager. Quelques exemples pris à l'arrachée, à bord de mon moyen de locomotion à moi.




De grandes flaques veillent le secret
De ces montures aux moeurs bien discrets
Que serait-ce alors qu'un peuple amphibien
Recouvert par l'habit des Pompéiens ? ...




Dans ces eaux-là rien ne ricoche plus.

Commentaires