Les yeux mi clos ce matin il me fut donné le spectacle d’un ciel orné par les plus beaux effets lumineux que les couleurs de septembre puissent composer pour moi.
Ourlés par une vive lumière imperceptible ; de denses nuages engloutissaient de rose les rayons du soleil caché derrière les toits Riomois. Dans le rectangle de la fenêtre qui fait face à mon lit se déploie chaque jour quelle chance ! Le décor du ciel des jours à venir : ce lundi 17 septembre, c’était un aplat grandiose de bleu uni, harmonieux et qui semblait inaltérable. Pourtant ces deux gros nuages moutonnaient fixement au milieu de mon ciel de fenêtre comme deux de ces bêtes placides, qui, à l’écart du troupeau pour une raison mystérieuse au-delà de tout, s’offrent au regard des automobilistes et autres flâneurs aux yeux de biais. Ils contenaient patiemment leurs volutes, traînées et toutes les variétés de formes que peuvent contenir les nuages de leur espèce. Et ils étaient roses. Infusés d’on ne sait quelle merveilleuse teinture mère qui aurait été versée là par fantaisie, par débordement d’enthousiasme, de curiosité, de goût. Un tel geste ne pouvait que me plonger moi même dans une contemplation muette, pendant que la radio édversait le nombre de postes d’enseignants supprimés par le gouvernement français. Abattu par les mauvaises augures de la Pythie de la Drac vendredi, la saynète du ciel de ce matin me remit en tête les fulgurances péotiques d’un vieil ami qui disait : LE ROSE EST DANS LE BLEU.
J’irai le voir bientôt.

Ereinté par les continuels et lancinants remugles de ce monde polluant qui dépose ses ordures au pied des poubelles, cette idiocratie assistée par ordinateur, robotisée par Big Brother et coachée par les plus grands spécialistes de l’ignorance, mon esprit se dote d’une résistance nouvelle à la chaleur de cette phrase. L’amour est dans le travail, la lumière est dans la grisaille, la poésie dans le trivial, le voyage est au bercail, le calme est dans la tempête, les paroles dans le silence, les trésors dans la paille. Saint Amable carillonne. Le rose est dans le bleu.

Commentaires