Confins #3 - Fièvre






Là, je pense à tous les fiévreux
Ceux du samedi soir qui s'apprêtent
Qui rangent les affaires de la semaine
- Deux pchitts de parfum, un tour de crayon autour des yeux
Qui débarrassent leur esprit des choses courantes
- Cette robe noire ou cette robe bleue ?
Qui vérifient une dernière fois que l'ordre précède bien le désordre
- Merde mon jean est tâché, je me change
Qui se pommardent d'avance avant d'entrer en scène
- J'espère qu'il y aura du monde
Ceux qui prennent leur voiture ou leurs chaussures de ville, qui rêvent de parquets de danse, de comptoirs infinis, de buvettes infernales ou de bringues technoïdes,
Je pense à tous les fardés de la terre, les piliers du Central Bar, les tricards du Fever, les Drag Queens, les juinkies, Claude et Marinette du Rêve Bleu, les punks Foréziens et le bi-curieux Parisiens, les putes, les infidèles, les âmes errantes et les célibattantes, les saturniens de toutes sortes ainsi que tous leurs anneaux possibles,
Je pense aux sourires, aux paroles qui se dévident comme les rouleaux de PQ, aux "ne me quitte pas" de trois heures du mat', les canons qu'y faut y mettre à chaque chanson, aux regards mouillés, et les corps, et les culs, et les poils qui brillent et les lèvres qui désirent, je pense à tout ça et je voudrais qu'on me lèche la pensée...
LICK MY SOUL
LICK MY HEART
MMMmmmmmmmmmmm...
Il me reste encore quelques gouttes de fièvre...
Bon matin.

RM 21/03/20

Commentaires